Dégringolade vers l’abîme

Dégringolade vers l’abîme

Dans l’apathie relative où le confinement plonge la plupart d’entre nous, nous suivons le relevé des statistiques dont les médias nous abreuvent. Nous nous efforçons d’utiliser de la manière la plus constructive possible le temps qui subitement nous échoit, malgré l’incommodité des conditions du travail ou de l’école à distance.

Pendant ce temps, le vaisseau France glisse à toute vitesse vers l’abîme. Chaque jour qui passe, chaque décision de prolonger le confinement, nous approchent du désastre, de plus en plus vite à mesure que nous accumulons l’inactivité économique. Cette chute vertigineuse n’éveille pas nos consciences distraites ni n’alerte nos esprits concentrés sur le respect du confinement. Le bon sens et l’esprit critique pourtant légendaires du peuple français semblent s’estomper derrière le consensus de la lutte totale contre la crise sanitaire.

Et pourtant chaque jour qui passe hâte la terrifiante déroute économique vers laquelle nous nous dirigeons tout droit.

Où est le plan de sortie de crise ?

Où est le plan de sortie de crise ?

Le premier Ministre a partagé cette semaine avec la population française un état de la situation, ainsi que ses doutes et des éléments perspectives. Nous l’en remercions car la transparence, dans cette période incertaine, constitue l’un des piliers les plus solides de la cohésion nationale.

Cependant nous comptons sur notre exécutif pour planifier la sortie du confinement et le redémarrage de l’économie.

Notre président de la République et notre premier Ministre ont, à l’occasion de deux discours tenus en l’espace de quarante-huit heures, jeté à bas notre économie avec leurs décisions inconsidérées de placer sans préavis la France en confinement. Rappelons que le premier Ministre a déclaré un samedi soir à 20.00 que tous les restaurants et bars du pays devaient fermer leurs portes le soir même à minuit et que le président de la République a déclaré le lundi soir suivant à 20.00 que tout le pays devait s’arrêter le lendemain à midi !

Difficile d’imaginer mesures plus dévastatrices pour notre économie, alors même que d’autres manières d’aborder la protection sanitaire de notre population sans abattre notre économie étaient possibles, comme le prouve l’exemple de l’Allemagne. Mais là n’est plus la question. L’impréparation et l’amateurisme de notre exécutif l’ont conduit à se laisser piéger par l’effet de surprise et à prendre dans la panique des décisions à la portée incalculable.

Covid 19 : travaillons à atténuer aussi la deuxième catastrophe

Covid 19 : travaillons à atténuer aussi la deuxième catastrophe

La France se prépare au choc du pic de l’épidémie.

Ce choc sera terrible et emportera nombre d’entre nous, en même temps qu’il accroîtra encore l’épreuve de ceux d’entre nous qui sont en première ligne. Notre peuple n’a pas d’autre alternative que de faire front, uni et solidaire, face à cette impitoyable déferlante.

Mais il est une deuxième catastrophe qui se profile, tout aussi certaine que la première, bien que plus insidieuse et plus lente : le désastre économique mondial qui emportera tout sur son passage et qui touchera notre peuple de plein fouet. Après le drame de la perte de trop nombreux de nos concitoyens, surviendra celui du chômage de masse, de la pauvreté et de la déshérence de notre peuple.

Nous devons préparer la lutte contre ce deuxième drame en même temps que nous menons la lutte contre le premier.

Gloire à nos héros les personnels soignants

Gloire à nos héros les personnels soignants

Notre peuple est uni dans un effort inédit et dans une reconnaissance immense à l’égard de nos personnels soignants.

Nous souhaitons leur dire toute notre gratitude. Dans un contexte terriblement éprouvant, où les moyens manquent, où la détresse et la souffrance les entourent et les submergent parfois, où la situation empire chaque jour, ils constituent pour certains d’entre nous le dernier rempart, le dernier espoir, au prix parfois de leur propre vie.

Nous souhaitons également rendre hommage aux innombrables héros du quotidien grâce auxquels notre pays peut continuer de fonctionner même au ralenti, au point de vue social et économique, et grâce auxquels il est pris soin des plus fragiles d’entre nous.

Notre pays a la chance de pouvoir compter sur de grands professionnels, et c’est tout particulièrement pour ceux qui oeuvrent dans le domaine de la santé.

Dépassés ?

Dépassés ?

Notre exécutif a commis une erreur patente dans sa gestion de la crise du coronavirus. Avec les deux annonces du président le 12 mars au soir et du premier ministre le 14 mars au soir, dont la deuxième édictait des mesures beaucoup plus sévères que la première, il apparaît désormais aux yeux de tous que nos dirigeants sont dépassés par le rythme des évènements.

Entendons-nous bien : il revient à nos dirigeants de gérer cette crise au mieux des intérêts de notre peuple. Il ne s’agit pas ici de leur contester cette prérogative, même si je fais partie de ceux qui considèrent que les décisions prises par notre exécutif, parce qu’elles ne sont pas assez ciblées sur les personnes vulnérables, parce qu’elles embrassent trop largement tous les aspects de la vie économique du pays, auront des effets exagérément négatifs sans nécessairement atteindre les buts de santé publique qui sont les leurs.

Précisons également que nous n’exigeons de nos dirigeants ni qu’ils connaissent l’avenir, ni même qu’ils ne se trompent jamais : de quel être humain serait-il réaliste d’attendre de telles qualités ? En revanche, nous attendons d’eux qu’ils soient capables de prendre de la hauteur, d’anticiper ce qui peut l’être, d’analyser l’évolution de la situation et d’en concevoir un plan cohérent et raisonné permettant à la nation de s’organiser en bon ordre afin d’atteindre nos deux buts principaux, sauver les vies de nos concitoyens et limiter la casse économique et sociale.

Coronavirus : le principe de précaution poussé au stade ultime de l’aberration

Coronavirus : le principe de précaution poussé au stade ultime de l’aberration

Notre monde s’engage de plus en plus étroitement dans une terrible spirale dont nul ne peut prédire l’ampleur des dégâts économiques qu’elle causera.

Le coronavirus déclenche dans de nombreux pays des réactions exagérées dont l’impact économique sera sans mesure avec la question de santé publique qu’il pose.

Alors qu’il s’agit d’un virus qui, dans une très grande mesure, peut être comparé à la grippe –avec une létalité certes accrue, quoique dans une intensité contenue, et une vitesse de propagation supérieure- et devrait être traité comme tel, il fait l’objet d’une attention de l’opinion publique qui dépasse le sens commun et de décisions des autorités qui mettent en péril la quasi-totalité des secteurs économiques de la planète.

Si le sursaut ne survient pas rapidement, la crise économique que nous sommes en train de fabriquer en réaction au coronavirus entraînera la chute de nombreuses entreprises, une augmentation du chômage inédite et un accroissement de la pauvreté spectaculaire dans le monde entier.

Votez Moudenc dès le premier tour !

Votez Moudenc dès le premier tour !

Le premier tour des élections municipales aura lieu dans trois jours.

A Toulouse il est essentiel que le candidat qui porte les valeurs de la droite soit élu. Jean-Luc Moudenc a démontré depuis longtemps, et notamment à l’occasion du mandat qui s’achève, l’authenticité de son intention de défendre les valeurs de notre République dans son action locale, sur des sujets aussi déterminants que la sécurité, l’ordre, la défense de la laïcité, la lutte contre le communautarisme, la promotion de l’initiative individuelle ou la défense des secteurs économiques d’avenir et de l’emploi.

La situation politique toulousaine est ce qu’elle est et dicte la tactique de campagne des différents candidats. Parmi tous les candidats à la mairie de Toulouse, seul Jean-Luc Moudenc est en mesure de mener une politique respectueuse des fondements de notre société républicaine. En effet, si la stratégie électorale qu’il a adoptée peut jeter un voile de confusion sur son positionnement, nous n’avons aucun doute sur l’enracinement profond des valeurs qui l’habitent dans le creuset de notre République, ni sur sa volonté de les concrétiser en actes.

Le danger est réel que le mécanisme des élections à deux tours favorise in fine une possible alliance des gauches, dont la victoire marquerait une période de terrible recul en termes de sécurité, de développement économique et de cohésion de notre corps social.

C’est ainsi qu‘une dispersion des votes au premier tour pourrait être fatale à notre camp.

C’est pourquoi il est primordial de voter Moudenc dès le premier tour. Rassemblons-nous derrière le seul candidat apte à mettre en œuvre un programme de développement harmonieux de notre ville !

La chute du dernier carreau fêlé de la macronie

La chute du dernier carreau fêlé de la macronie

La macronie ne faisait plus illusion depuis longtemps déjà. La poussière avait tardé à retomber complètement, mais elle ne masquait plus que des détails.

Le nouveau monde appelé de ses voeux par E. Macron, et sur la promesse duquel il a été élu il y a bientôt trois ans Président de la République, entamait un lent et pénible naufrage dès quelques mois après son élection. La clé de voûte de son programme, la modernisation de notre pays, s’est affaissée définitivement lorsqu’il a plongé la réforme maîtresse de son quinquennat, la réforme des retraites, dans une confusion telle qu’il est désormais impossible de comprendre quel en sera le résultat.

En parallèle, il a soulevé la colère de notre peuple, et continûment bafoué son honneur, son histoire, son identité et ses institutions. Il a mené une politique socialiste dans la droite ligne de son mentor F. Hollande, en augmentant les dépenses publiques, en perdant le contrôle de l’immigration, en laissant dériver la situation sécuritaire de notre pays et en en attisant les communautarismes.

Une très bonne année 2020 !

Une très bonne année 2020 !

Chers amis,

Je vous présente mes meilleurs vœux de bonheur, de santé et de réussite, à vous-même ainsi qu’à vos proches, pour la nouvelle année.

Je forme le vœu que cette nouvelle année voie le renouveau de notre beau et grand parti Les Républicains, afin qu’il se retrouve à nouveau en situation de placer sa sagesse, son audace, son sens de la mesure, et la puissance de son ancrage dans notre peuple, au service de l’édification de notre pays.

Paul Valéry écrivait il y a cent ans que nous autres civilisations, savons maintenant que nous sommes mortelles ; l’analyse est vraie également pour un parti politique, eusse-t’il l’envergure, l’historique des contributions émérites aux progrès de notre pays, ou la quantité d’hommes d’État qu’il aura donnés à notre Nation, dont peut se prévaloir le parti Les Républicains. La menace est réelle que notre parti disparaisse, englouti dans les turbulences d’une époque dont il n’aura pas su saisir la teneur.

Toulouse reprend enfin le visage d’une capitale régionale européenne

Toulouse reprend enfin le visage d’une capitale régionale européenne

Les élections municipales constituent l’occasion de dresser le bilan de la mandature qui s’achève.

A Toulouse, les six années écoulées ont vu un remodelage en profondeur de l’aptitude de la ville à tenir son rang de capitale régionale européenne.

A Toulouse en effet un décalage croissant s’observait entre le rôle de capitale européenne que conférait le dynamisme économique –et notamment de l’aéronautique- , scientifique et technologique –en particulier dans le spatial, les biotechnologies et la nouvelle économie- et entrepreneurial par rapport à la configuration de la ville, ses capacités d’accueil et sa possibilité d‘accommoder les visiteurs et les nouveaux habitants.

Sur ces sujets, Toulouse pendant longtemps n’a pas été en mesure de soutenir la comparaison par rapport à d’autres capitales régionales européennes que sont par exemple Hambourg, Barcelone, Munich ou Milan. De nombreuses raisons historiques président à cette situation, dont par exemple la configuration urbaine particulièrement ramassée du centre-ville ou l’isolement relatif de la ville par rapport au tissu des villes moyennes qui l’entourent. Bien entendu on ne peut pas changer l’histoire ni la géographie, mais on peut travailler à en desserrer les contraintes et à en infléchir l’effet de l’héritages pour l’avenir. C’est la tâche à laquelle se sont attelés l’équipe municipale et les services de Jean-Luc Moudenc avec une énergie remarquable, en renouant avec les ambitions européennes que Dominique Baudis avait su donner à une ville qui n’était alors qu’une métropole régionale endormie.