12622268_810275819083570_5732891686876950432_o

Avant-hier à l’occasion du premier tour des Primaires de la Droite et du Centre, le peuple de droite s’est massivement exprimé. Au-delà de nos espérances.

Ce phénomène est inédit dans l’histoire récente de notre pays : nos concitoyens sont allés voter en plus grand nombre que ce qui avait été escompté. Nous constatons depuis tellement d’années, à chaque élection, que les électeurs se sont moins déplacés qu’à l’élection précédente, que ce seul fait en soi porte un immense espoir pour notre démocratie.

Un autre phénomène s’est opéré, encore plus étonnant dans l’histoire électorale récente de notre pays, porteur d’un espoir encore plus beau pour nous tous : le vainqueur de ce premier tour n’est pas celui qui a privilégié la communication stérile –comme par exemple les gesticulations devant les médias, ou les provocations sans contenu destinées à être reprises en boucle par la communauté médiatique en guise de bons mots, ou les outrances dans le seul but de capter l’attention médiatique- mais au contraire celui qui s’est attaché à énoncer clairement un programme puis à l’exposer sans relâche, en tenant son cap, sans s’en laisser dévier par l’actualité médiatique du moment, sans se laisser tenter par les provocations auxquelles il était invité de toutes parts.

Cette position avait fortement marqué nos esprits, déjà en 2012, lorsque nous avions accueilli François Fillon à Toulouse–il était alors en campagne pour la présidence de l’UMP. Le courage de son approche, qui, déjà, allait à bien des égards à l’encontre des pratiques politiques du moment, nous avait impressionnés.

La belle leçon de ce premier tour, c’est qu’il existe encore en France une partie massive du peuple de droite pour laquelle les valeurs, l’exemplarité sur le long terme, le contenu du programme, la conduite personnelle du candidat priment sur l’appétence qu’ont les médias pour les postures, les petites phrases, l’immédiat et le superficiel. Un peuple de droite qui souhaite porter aux responsabilités ceux qui sont le plus capables de changer la France, et non pas ceux qui sont les plus doués aux jeux des copinages et les plus disponibles pour se prêter aux intrigues d’alcôves.

Encore fallait-il que cet électorat puisse avoir l’occasion de s’exprimer, encore fallait-il que ces aspirations puissent se cristalliser sur un candidat, encore fallait-il qu’un candidat incarne cette sobre droiture.

François Fillon l’a fait, avec courage et ténacité, malgré les cassandres, malgré les sondages et malgré les scepticismes de tout bord, et ce faisant il a permis cette matérialisation de nos attentes en un résultat électoral effectif. En cela il a rendu un immense service à notre peuple de droite et à notre pays tout entier. Nous lui en sommes infiniment reconnaissants.

Nicolas Bonleux

Merci à François Fillon !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *