Le Président Macron projette de faire adopter la PMA (Procréation Médicalement Assistée) par l’Assemblée Nationale cet automne.

Il révèlera alors au grand jour, sous le masque de bon aloi du réformateur de l‘économie, le visage lisse du relativisme débridé qui avait percé çà et là sous les signes de détestation de notre peuple auquel il s’est souvent laissé aller, ou lors de l’humiliation qu’il a infligée à nos institutions au sujet de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes.

Il matérialisera à cette occasion ses ambitions de plonger un peu plus notre Nation dans les dérives soixante-huitardes sur lesquelles ses prédécesseurs socialistes l’avaient engagée. Dans la droite ligne du pourtousisme cher à ceux pour lesquels « il est interdit d’interdire », il a ainsi l’intention de faire franchir à notre pays un nouveau palier dans la destruction de la sagesse collective que notre civilisation a patiemment construite au cours de nombreux siècles.

Multiculturalisme, égalitarisme et progressisme font rage dans la mondialisation sauvage dans laquelle M. Macron puise son inspiration. Il ne voit pas pourquoi la régression généralisée promue au grand jour par le village mondial et poussée silencieusement par les ennemis de notre peuple ne gagnerait pas à son tour la France.

La PMA pour couples de femmes constitue une rupture essentielle avec les fondements de notre société à de nombreux égards. En considérant que le fait d’avoir un enfant n’est plus qu’un choix médical comme un autre, compatible de n’importe quelle orientation sexuelle, il bouleverse les fondements de notre société, de la famille, et accessoirement du système de sécurité sociale. Par ailleurs, il introduit la marchandisation des gamètes et ouvre la voie au transhumanisme. Dans la France enfin modernisée de M. Macron, les couples de femme pourront choisir les gamètes du père idéal pour chacun de leur enfant.

Surtout, ce droit, sous les coups de boutoir de la bien-pensance médiatique, sera ensuite étendu aux couples d’homme –cette étape suivante est inévitable dans une société qui ne sait pas placer de limite aux revendications catégorielles ni à l’égalitarisme effréné-, et ouvrira tout naturellement la voie à la gestation pour autrui, c’est-à-dire à la marchandisation du corps de la femme.

Dans la France qu’appelle de ses vœux M. Macron, où est le mal ? Pourquoi empêcher des couples fortunés d’acheter le ventre d’une femme, dont ils auront au préalable choisi les caractéristiques, pour créer l’enfant parfait ? Dans le monde de M. Macron, où aucune valeur morale ne vaut, celui qui a de l’argent doit avoir tous les droits. Y compris celui de s’affranchir des enseignements d’une culture plusieurs fois séculaire et qui a abouti à une recherche permanente de l’équilibre et de la mesure pour garantir le bien-être du plus grand nombre. Il est d’ailleurs exquis de constater que ceux-la-même qui conspuent la marchandisation de notre société sont au premier rang pour oeuvrer à la marchandisation du corps humain !

M. Macron n’est pas responsable de tous les maux qui frappent notre pays. En particulier, -et même s’il se situe dans leur héritage idéologique-, il n’est pas responsable des agissements de ses prédécesseurs socialistes. Mais il dispose aujourd’hui d’un pouvoir que lui confère sa fonction. Nous attendons de lui qu’il utilise ce pouvoir pour enrayer, et non pas pour accélérer, la chute de notre civilisation.

L’avenir de notre pays nous importe. Nous ne nous résoudrons pas à le laisser noyer dans l’infâme bouillie pourtousiste qui ne réserve qu’une seule issue aux imprudents qui se laissent séduire par ses sirènes : la destruction du corps social de la Nation.

C’est la raison pour laquelle nous soutenons la manifestation du 6 octobre « Marchons Enfants » et appelons chaque citoyen à lui apporter son soutien.

Nicolas Bonleux

Soutenons la manifestation du 6 octobre « Marchons Enfants » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *