Les élections du Président des Républicains ont eu lieu. Nous félicitons Christian Jacob, notre nouveau Président, pour son élection.

Nos adhérents ont choisi le sens du compromis et le confort de l’assemblée des notables plutôt que l’audace d’une refondation. C’est leur choix et il doit bien sûr être respecté –même si ce n’était pas ma préférence personnelle.

Le parti est désormais en ordre de marche.

Nous disposons encore de quelques atouts: les valeurs des Républicains rassemblées dans notre charte et établies récemment sous la supervision du Président par interim Jean Leonetti constituent un bel exemple d’une prise de position claire, tranchée et combative pour redresser notre pays. Cette charte, au passage, démontre l’ancrage à droite de notre formation, en même temps qu’elle exprime de très belle façon tout l’espoir que nous plaçons dans le potentiel de notre chère France. Il nous reste également quelques dirigeants de talent qui possèdent suffisamment de vision stratégique, de charisme et de discipline personnelle pour mener nos troupes au combat.

Mais, d’une manière générale, notre situation est plutôt terriblement hasardeuse: de nombreux militants nous ont quittés, notre aptitude à faire valoir nos positions sur le terrain et dans les médias a singulièrement reculé, notre capacité même à appliquer et défendre la belle charte de nos valeurs reste à démontrer. Enfin, le temps nous est compté pour inverser la spirale de décroissance qui s’est emparée de notre formation.

Les raisons de cet état de fait sont connues et, pour certaines, ne datent pas d’hier: désaffection générale de nos concitoyens à l’égard des partis politiques, habileté tactique –destructrice pour notre pays, mais très porteuse pour sa propre réélection- du Président Macron pour nous éradiquer de la scène politique, insuffisance de nos chefs.

Et pourtant notre parti reste le seul capable de proposer un projet commun à la fois mesuré et ambitieux, né de l’immense expérience au service de la France accumulée en son sein et conjuguée à la multitude des confiances en son glorieux destin qui y sont réunies, puisant dans les racines profondes et fécondes de son identité et basé sur une vision raisonnable et pragmatique de l’avenir du monde.

Nous devons désormais nous atteler à la nécessaire tâche de la remise en question, de l’ouverture à tous nos talents et de la mise à plat de notre stratégie et de nos actions militantes. Le temps presse mais il n’est pas épuisé.

Les élections municipales constituent probablement à cet égard la dernière occasion de démontrer la pertinence de notre projet.

Pour ce qui nous concerne aux Républicains de Haute-Garonne, il nous échoit de veiller à ce que tous les candidats de droite soient armés, en terme de contribution au projet, et soutenus, en terme de membres des listes et d’actions militantes, avec toute la vigueur et la ténacité qu’imposent les circonstances.

Montrons en Haute-Garonne que notre belle charte des valeurs n’est pas qu’un document déjà enterré qui n’aurait pour seule vocation que de distraire nos militants !

Nicolas Bonleux

Les Républicains : aurons-nous la force de mettre en oeuvre notre charte des valeurs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *