Chers amis,

Je vous présente mes meilleurs vœux de bonheur, de santé et de réussite, à vous-même ainsi qu’à vos proches, pour la nouvelle année.

Je forme le vœu que cette nouvelle année voie le renouveau de notre beau et grand parti Les Républicains, afin qu’il se retrouve à nouveau en situation de placer sa sagesse, son audace, son sens de la mesure, et la puissance de son ancrage dans notre peuple, au service de l’édification de notre pays.

Paul Valéry écrivait il y a cent ans que nous autres civilisations, savons maintenant que nous sommes mortelles ; l’analyse est vraie également pour un parti politique, eusse-t’il l’envergure, l’historique des contributions émérites aux progrès de notre pays, ou la quantité d’hommes d’État qu’il aura donnés à notre Nation, dont peut se prévaloir le parti Les Républicains. La menace est réelle que notre parti disparaisse, englouti dans les turbulences d’une époque dont il n’aura pas su saisir la teneur.

Il ne me paraît pas inapproprié d’étendre l’analogie à la conclusion d’Arnold Toynbee que “les civilisations ne meurent pas assassinées, elles se suicident”, pour remarquer que, s’agissant de notre parti comme de toute autre organisation humaine, le plus grand danger à sa survie vient de l’intérieur, c’est–à-dire de nous-mêmes qui en formons les rangs, beaucoup plus que de nos adversaires extérieurs. Certes le Président Macron nous mène une guerre totale, déloyale et, si elle devait être couronnée de succès, terriblement mortifère pour notre démocratie toute entière. Mais chacun a bien compris que le phénomène Macron est éphémère, que son parti LaREM ne survivra pas à l’individu qui l’a créé, et ne rendra jamais à notre Nation les services qu’un parti inscrit dans le temps long est en mesure de lui rendre.

En revanche, si nous trouvons en nous la force de nous relever, nous serons invincibles.

Encore faut-il que nous nous montrions capables, au sein des Républicains, de relever le drapeau. Ceci signifie surmonter les égoïsmes, triompher de la résistance des notables qui luttent pour conserver les situations acquises, autoriser l’audace de débattre et d’agir, donner leur chance à ceux qui veulent changer le monde –et notamment aux plus jeunes d’entre nous-, en deux mots bousculer le glissement qui s’est lentement opéré au sein de notre mouvement par lequel le parti est devenu l’appareil que quelques-uns utilisent pour faire carrière et non plus l’instrument au service de l’élaboration d’un projet collectif et de la contribution à la grandeur de notre Nation.

Si nous en montrons capables, alors nous redeviendrons en mesure de susciter l’intérêt de nos concitoyens puis de les convaincre de la pertinence de notre projet pour la France.

Vaste défi qui demandera courage et détermination, mais que nous sommes en mesure de relever tous ensemble. Nos forces vives sont nombreuses et nos jeunes générations pleines de vitalité, à l’image de notre belle jeunesse française emplie de la noble ambition d’œuvrer au développement de notre pays. Aidons-les, aidons-nous nous-mêmes à redresser le prestigieux emblème de notre beau parti et rendons-lui ainsi son puissant potentiel de contribution au destin de la France !

Nicolas Bonleux

Une très bonne année 2020 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *