Le premier Ministre a partagé cette semaine avec la population française un état de la situation, ainsi que ses doutes et des éléments perspectives. Nous l’en remercions car la transparence, dans cette période incertaine, constitue l’un des piliers les plus solides de la cohésion nationale.

Cependant nous comptons sur notre exécutif pour planifier la sortie du confinement et le redémarrage de l’économie.

Notre président de la République et notre premier Ministre ont, à l’occasion de deux discours tenus en l’espace de quarante-huit heures, jeté à bas notre économie avec leurs décisions inconsidérées de placer sans préavis la France en confinement. Rappelons que le premier Ministre a déclaré un samedi soir à 20.00 que tous les restaurants et bars du pays devaient fermer leurs portes le soir même à minuit et que le président de la République a déclaré le lundi soir suivant à 20.00 que tout le pays devait s’arrêter le lendemain à midi !

Difficile d’imaginer mesures plus dévastatrices pour notre économie, alors même que d’autres manières d’aborder la protection sanitaire de notre population sans abattre notre économie étaient possibles, comme le prouve l’exemple de l’Allemagne. Mais là n’est plus la question. L’impréparation et l’amateurisme de notre exécutif l’ont conduit à se laisser piéger par l’effet de surprise et à prendre dans la panique des décisions à la portée incalculable.

Les déclarations de tranquillisation exprimées en parallèle sur le fait que l’Etat allait soutenir notre économie pour adoucir le choc étaient les bienvenues, mais ne nous y trompons pas : l’Etat à lui seul ne peut pas se substituer à une économie à l’arrêt ni à toutes les entreprises dont cette gestion calamiteuse aura causé la perte. Qui peut raisonnablement croire que nous n’avons pas besoin d’entreprises dans notre pays pour créer de la richesse et de l’emploi et que l’Etat peut, seul, subvenir aux besoins de notre population ?

Nous n’acceptons plus désormais que l’exécutif soit dépassé. Nous n’acceptons plus l’excuse de l’effet de surprise. Nous disposons désormais de suffisamment de données et de retours d’expérience pour effectuer l’exercice de préparation de sortie de confinement et de redémarrage de l’économie.

Cette si précieuse planification, que l’improvisation de notre exécutif a interdit aux entreprises d’effectuer en anticipation des fermetures, ce qui en aurait, comme en Allemagne, énormément atténué l’effet, et que les entreprises ont dû mener dans des conditions d’urgence terriblement contraires, nous attendons maintenant que notre gouvernement l’entreprenne afin de nous fournir à tous la visibilité nécessaire à un retour à l’activité raisonnable.

Notre exécutif a le devoir de nous donner la possibilité de nous préparer à un retour à la normale de manière à limiter autant que faire se peut les impacts supplémentaires sur l’emploi. Il nous doit un plan et la visibilité correspondante.

Nicolas Bonleux

Où est le plan de sortie de crise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *