Nous avons tenté – du moins tant qu’il était encore censé d’essayer de suivre les contorsions, expertises, contre-expertises et justifications ampoulées de votre gouvernement- de suivre les tâtonnements, les hésitations, les aménagements qui ont conduit votre Premier Ministre (oserons-nous l’appeler Monsieur Reconfinement, alors que vous l’aviez nommé car il avait été Monsieur Déconfinement) à décréter le deuxième confinement.

Aujourd’hui nous ne comprenons plus rien, y compris ceux d’entre nous qui vous écoutent encore, à ce dont vos équipes et vous-même vous appliquez à nous convaincre.

Mais nous comprenons fort bien que vos décisions ont des effets désastreux sur notre économie, sur notre corps social, sur nos jeunes et sur les plus modestes d’entre nous. Les dégâts sont terribles, peut-être ne seront-ils même pas réparables. Le bénéfice sanitaire de cette marche à l’aveuglette nous sera peut-être un jour clairement expliqué, mais en tout cas son terrible impact sur notre tissu social ne fait aucun doute et grèvera pour longtemps le relèvement de notre peuple.

Petits commerces, spiritualité, socialisation dans un enracinement géographique ou collectif, avenir moral et professionnel de notre jeune génération : tous ces remparts contre la poursuite de la mondialisation sauvage de notre société et contre les assauts du tropisme libertaire égalitariste anglo-saxon se trouvent sapés de l’intérieur par une attaque qui vient du plus haut niveau de l’Etat. Et tout cela au nom d’un principe de sauvegarde de la santé individuelle qui est bien éloigné à la fois des principes de notre République et de l’engagement des héros qui ont donné, justement, leur sang pour la construire !

Il y eut un temps au début de cette année pour être pris de court, pour céder aux hurlements de ceux qui criaient le plus fort –en l’occurrence, la profession hospitalière-, pour tenter d’apaiser ceux qui voulaient se faire passer pour les porte-paroles de l’opinion publique –les médias. Mis nous considérons que le temps est venu de prendre de la hauteur, de raisonner à froid, de prendre en compte l’intérêt de la nation dans son ensemble, et non plus seulement de certains de ses fragments.

Il est temps d’en finir avec ce dévoiement des principes de notre République, il est temps de penser à l’avenir de notre nation. Monsieur le Président, déconfinez sans tarder. Chaque jour de confinement supplémentaire est un pas vers la stérilisation de notre avenir.

Nicolas Bonleux

Monsieur le Président, il est temps de déconfiner

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *