J’ai 49 ans, je suis marié et j’ai deux enfants.

Je suis né à Albi, ma mère est originaire d’une famille d’agriculteurs des alentours de Graulhet, dans le Tarn, et mon père a terminé sa carrière militaire avec le grade de Général.

J’habite Toulouse depuis 22 ans, et la 2è circonscription de Haute-Garonne depuis 17 ans.

Militant du parti Les Républicains depuis sa création, j’y ai exercé diverses responsabilités. J’ai été candidat pour l’UMP (nom d’alors du parti « Les Républicains ») aux élections législatives de 2012 dans ma circonscription, ainsi que membre de la liste « un nouvel élan pour Toulouse » menée par Jean-Luc Moudenc pour les élections municipales de 2014. J’ai également été candidat suppléant aux élections départementales de 2015 et membre de la liste « je m’engage pour ma Région » pour les élections Régionales de 2015. J’ai été candidat à la Présidence de la Fédération Départementale des Républicains de Haute-Garonne en 2018.

Le constat que la droite haut-garonnaise, malgré la pertinence et la force des valeurs qu’elle porte, n’a pas été en mesure de matérialiser son élan en résultats électoraux ces dernières années, a conduit quelques amis et moi à fonder une association, Lignes Droites 31. Cette association a pour vocation de rassembler tous les haut-garonnais de droite, au-delà des clivages partisans, autour de quelques concepts simples qui nous rouvriront les portes des succès électoraux : 1/ l’union de tous les citoyens de droite 2/ l’élaboration d’un projet crédible et convaincant et 3/ l’ouverture de l’engagement politique sur la société civile, les associations, les différents partis, afin d’organiser et faire vivre le débat autour de nos belles valeurs.

Je suis actuellement dirigeant d’une entreprise de l’industrie aéronautique qui emploie 1 300 personnes à Toulouse. Au long de ma carrière professionnelle le développement de l’emploi industriel en France et en Europe a toujours été le guide de mon action et de mes choix. Dans toutes les fonctions que j’ai occupées, je me suis attaché à toujours favoriser le développement de l’emploi, notamment l’emploi à Toulouse, que ce soit à travers le développement de nouveaux marchés ou le développement de technologies d’avenir.